Deschamps, Sagnol et Blanc sont-ils « des racistes » ? La question est absurde

Les polémiques autour du racisme réel ou supposé d’acteurs majeurs du foot français peuvent paraitre bien futiles. Mais pour peu que l’on s’y intéresse, elles offrent un curieux spectacle. Celui qui donne à voir des protagonistes du foot business que sont les médias, journalistes sportifs, dirigeants et footballeurs vedettes, contraints d’aborder une question qui les met particulièrement mal à l’aise. Et pour cause.

Le racisme n’est pas très vendeur dans un secteur où les racisés sont surreprésentés parmi les joueurs et les spectateurs (et sous-représentés ou inexistants partout ailleurs). Parler de racisme autrement que de manière vague et abstraite reste tabou. Pour vendre du rêve à des gamins et du spectacle aux plus anciens, il faut présenter un produit qui soit le plus lisse possible. Du divertissement de masse, sans aucune aspérité. « N’importe quoi, sauf la vérité. Il n’y a que ça qui ne se vend pas » (Boris Vian).

Les acteurs du foot spectacle (particulièrement les médias, sponsors et dirigeants) ont donc un réel problème : ils veulent le fric, mais sans qu’il soit question de racisme. Une équation impossible à résoudre. Sauf à évacuer systématiquement la question raciale, chose d’autant plus facile à faire que l’écrasante majorité des acteurs du foot professionnel en France sont des Blancs.

En pratique, comment ça marche ? Dès qu’une « accusation de racisme » est portée à l’encontre d’un personnage éminent du ballon rond, on assiste aux mêmes scènes de dénégation, parfois au mot près, sur le mode :

- Pour connaitre X depuis des années, je peux vous assurer qu’il n’est pas raciste.
– Rien n’est plus étranger à Y que le racisme.
– Les accusations portées contre Z sont ridicules.

Si c’est Didier Deschamps qui est cette fois sur la sellette, le même scénario s’était produit avec Laurent Blanc en 2011, quand lui aussi était sélectionneur de l’équipe de France, et avec Willy Sagnol en 2014, alors entraineur des Girondins de Bordeaux. Trois exemples qui n’épuisent en rien la question du racisme dans le foot. Mais trois cas significatifs de la difficulté – si ce n’est l’impossibilité – à parler du racisme dans une société structurée en profondeur par le racisme. Et par son déni.

« Le débat est ouvert »

Les polémiques à propos de la non-sélection par Didier Deschamps de Karim Benzema et Hatem Ben Arfa pour l’euro de football qui s’ouvre bientôt en France, viennent d’être relancées à la faveur de déclarations d’Eric Cantona dans le quotidien anglais The Guardian.

« Je ne suis pas surpris qu’il ait utilisé la situation de Benzema pour ne pas le prendre. Surtout après que Manuel Valls ait dit qu’il ne devrait pas jouer pour la France. Ben Arfa est peut-être le meilleur joueur en France aujourd’hui, mais il a des origines. Je suis autorisé à m’interroger à propos de ça. […] Une chose est sûre, Benzema et Ben Arfa sont deux des meilleurs joueurs français et ne seront pas à l’Euro. Et pour sûr, Benzema et Ben Arfa ont des origines nord-africaines. Donc le débat est ouvert. »

La question mérite en effet d’être posée. Comme elle méritait de l’être à propos de la non-présence parmi les 23 de Samir Nasri pour le dernier mondial au Brésil, lui qui sortait d’une saison convaincante avec Manchester City[1]. Et elle méritait tout autant de l’être après la non-sélection par Raymond Domenech d’un certain nombre de joueurs arabes pour le mondial 2010 en Afrique du Sud, alors même que les Rami, Nasri, et autres Benzema étaient compétitifs.

Dans une société structurée en profondeur par le racisme, toute situation peut en effet être jugée suspecte. Ce doute corrosif nous accompagne tout au long de notre existence, en particulier à chaque interaction négative avec des institutions ou des personnes blanches. Si ces dernières peuvent elles aussi faire face à toutes sortes de difficultés, elles savent au moins que le racisme systémique n’est pas l’une d’elles.

Dans l’espèce qui nous occupe, si à chaque fois la question mérite d’être posée, il est hélas impossible d’y répondre de manière certaine. Sauf à imaginer un sélectionneur qui fasse directement ou indirectement référence aux origines des joueurs pour motiver leur non-sélection. Une hypothèse assez improbable quand on sait avec quel soin la FFF verrouille la communication autour de l’équipe de France de football (surtout depuis l’épisode Knysna).

Tous les joueurs qui ont été cités n’ont pas été sélectionnés parce que le sélectionneur est tout simplement en mesure de ne pas le faire. Tout comme Aimé Jacquet a pu se passer de David Ginola et d’Eric Cantona pour le mondial 1998, au profit de joueurs moins talentueux comme Bernard Diomède, ou carrément médiocres comme Christophe Dugarry.

Les cas Ben Arfa et Benzema

La non-sélection de Ben Arfa, malgré sa bonne saison avec l’OGC Nice, peut tout à fait s’expliquer par le fait que Didier Deschamps soit rancunier et se souvienne des différends qu’il a eus avec lui quand tous deux étaient à l’OM. Et il n’est pas le seul entraineur dans ce cas. Ben Arfa (à la fois le joueur et son entourage) a eu des difficultés avec presque tous ses entraineurs, et cela avant même qu’il ne passe professionnel. Au point de se forger une solide réputation de joueur ingérable (jusqu’à cette année, ou aucun incident avec ses coéquipiers ou Claude Puel n’a été relevé).

Didier Deschamps a très bien pu estimer qu’à terme, un Ben Arfa remplaçant pouvait être « ingérable » sur une compétition aussi longue que l’euro, où les joueurs et le staff vivent en vase clos pendant des semaines. Ce qui n’exclut en rien le fait que les origines (tunisiennes) aient pu jouer contre lui comme facteur aggravant et cumulatif. En cas de manquements, nous savons bien que les racisé-e-s sont souvent ramené-e-s à leurs origines. La tendance à racialiser les défauts de Ben Arfa et Benzema a certainement joué un rôle prépondérant.

Ben Arfa BenzemaS’agissant de ce dernier, sa situation est rendue un peu plus complexe par l’affaire dite du chantage à la « sexe-tape » de Mathieu Valbuena. Sans revenir en détail sur le volet judiciaire toujours en cours d’instruction, notons que si la FFF (en la personne de Noël Le Graet) avait exclu d’entrée Benzema de l’équipe nationale quand toute cette histoire a éclaté, personne n’y aurait trouvé à redire[2]. Mais c’est le contraire qui s’est d’abord produit, puisque le joueur a dans un premier temps reçu un soutien appuyé de Le Graet et Deschamps, au point que c’est Valbuena qui paraissait être fautif dans ce dossier. Le Graet ira même jusqu’à déclarer en janvier dernier lors d’une interview accordée à la chaine L’Equipe 21 :

« Cette affaire est navrante, elle nous gêne mais il y a de l’affection. Parce que j’aime bien Benzema, on a l’impression que je deviens quelqu’un de malhonnête. Il faut dire quoi ? A mort l’Arabe ? Qu’est-ce que c’est que tous ces gens qui m’écrivent pour me dire « Benzema dehors » ? Certainement pas. Je gère cette affaire comme je l’entends. »

Ce n’est qu’après cela que l’affaire a pris un tour politique, et que le premier ministre Manuel Valls et d’autres s’en sont mêlés, jugeant « indécente » la non-exclusion de Benzema. L’avant-centre du Real Madrid est devenu la figure honnie des milieux ouvertement racistes, et les polémiques délirantes à son sujet se sont multipliées. On lui a reproché de ne pas chanter La Marseillaise, d’avoir craché après qu’on l’ait jouée, d’avoir participé à un clip du rappeur Booba, d’être toujours en contact avec ses potes banlieusards décrits comme des « voyous », etc. Bref, un procès « anti-racaille » en bonne et due forme, ouvertement raciste, indépendamment de ce que l’on peut penser du personnage Benzema, des valeurs qu’il porte et de ses frasques.

Cette campagne raciste et les pressions politiques ont donc eu raison du soutien de Le Graet, qui a fini par lâcher le joueur en l’excluant en mars dernier de la sélection nationale. La FFF a certainement voulu éviter que toute cette agitation médiatique et politique autour de Benzema ne vienne à la fois perturber la préparation de l’équipe de France, et surtout ternir son image (on connait l’importance de l’image pour les sponsors et les annonceurs). Si le duo Le Graet-Deschamps est coupable de quelque chose, c’est d’avoir cédé, par frilosité et lâcheté, face au remue-ménage raciste contre un joueur que tous deux avaient soutenu mordicus, y compris lorsque celui-ci ne plantait plus un but avec l’équipe de France.

« Soupçonné de racisme » : un non-sens

Le plus significatif – et décourageant – dans ces polémiques qui visent des entraineurs ou sélectionneurs, c’est la manière dont le racisme est appréhendé sous l’angle exclusivement moral et individuel. L’« accusation » ou le « soupçon » de racisme sont vus comme des infamies. L’hypothèse même de l’existence du racisme est jugée absurde, insultante, monstrueuse.

Comme Robin DiAngelo et d’autres l’ont montré, et comme nous pouvons l’observer au quotidien, une idée bien ancrée dans la société veut que « le racisme et être une bonne personne s’excluent mutuellement[3] ». Le simple fait d’associer le racisme à telle personne est perçu comme scandaleux. Cela revient ni plus ni moins à assimiler cette personne à un membre du Ku Klux Klan ou de toute autre organisation outrancièrement raciste.

Que ce soit dans le cadre de la polémique qui implique aujourd’hui Deschamps, ou dans celle dite des « quotas » qui concernait Laurent Blanc, ou bien encore celle née à la suite des déclarations de Sagnol sur le « joueur typique africain[4] », à chaque fois les discussions se sont limitées à la question de savoir si l’entraineur incriminé était ou non « un raciste ». Et pour que le « soupçon » de racisme soit avéré, il faudrait prouver que l’intéressé est viscéralement raciste. Qu’il l’a toujours été et le restera pour ainsi dire à vie. Loin d’ouvrir le débat sur l’existence du racisme structurel dans la société, l’accusation de racisme est d’abord vécue en France comme une injustice.

Par exemple, pour le patron de l’OL, Jean-Michel Aulas, « ce n’est pas juste pour Deschamps, qui ne mérite pas ça ». Même son de cloche chez Le Graet, pour qui « Cantona est ridicule lorsqu’il suggère que des choix sportifs de Didier Deschamps sont guidés par des considérations racistes. D’abord, Deschamps ne serait pas à son poste si c’était le cas. Ensuite, il suffit de regarder les sélections qu’il a composées pour s’en convaincre. ». Contacté par L’Equipe, l’avocat de Deschamps, Carlos Brusa, a déclaré : « Je vais lancer des actions devant les juridictions civile et pénale pour faire sanctionner ces propos calomnieux et diffamatoires qui portent atteinte de façon inadmissible à l’intégrité de M. Deschamps ».

Le journaliste de L’Equipe, Raphaël Raymond, qualifie d’ailleurs de « dérapage » les propos de Cantonna. Pour lui, la convocation d’Adil Rami ferme le débat et prouve de manière irréfutable que Deschamps n’est pas « un raciste ». De la part d’un journaliste membre d’une rédaction si désespérément blanche, on comprend que la question même du racisme lui paraisse tout à fait farfelue.

L'équipeDe la même manière que la rédaction sportive de Sud Ouest avait titré le 04 novembre 2014 à la suite de la polémique suscitée par les propos que Willy Sagnol avait tenus la veille : « Girondins de Bordeaux : pourquoi il n’y a pas de polémique Sagnol ». Les mots de Sagnol correspondent bien, hélas, aux stéréotypes racistes associés aux joueurs noirs africains. Les dénégations maladroites de l’ancien entraineur de l’équipe de France Espoirs sont d’ailleurs encore plus problématiques que ses propos initiaux.

Et si l’on remonte à 2011 et à l’affaire dite des « quotas[5] » dans les équipes de France, les « accusations » de racisme envers Laurent Blanc avaient été balayées d’un revers de main au motif que l’intéressé avait participé à l’épopée des Bleus en 1998 au sein d’une équipe « Black-Blanc-Beur » érigée en exemple de la « diversité ». Pour prouver le « non-racisme » de Laurent Blanc, certains sont même allés jusqu’à mentionner les origines maghrébines de sa femme.

A l’inverse, lorsque le caractère raciste des propos ou actes d’une personne est clairement établi, cette personne est immédiatement pointée du doigt comme étant une véritable anomalie. C’était le cas par exemple lors des débats publics suscités par les déclarations négrophobes de l’ancien propriétaire de la franchise NBA des Los Angeles Clippers, Donald Sterling. Déchu de son poste par la ligue, Sterling avait été dépeint comme un raciste viscéral, permettant ainsi à tous ses détracteurs de se dédouaner à bon compte, comme l’ont noté les universitaires Joyce M. Bell et Wendy Leo Moore :

« […] Quand nous pointons du doigt Sterling, nous devons porter aussi la même interrogation critique envers toutes les forces sociales, politiques et économiques qui perpétuent l’inégalité raciale. Faisons de cela aussi une occasion de tenir pour responsables les moyens moins évidents par lesquels même les Blancs bien intentionnés se livrent par inaction au racisme color-blind, et bénéficient du statu quo défavorable aux personnes racisées[6]. »

befunky_colorblindideology
Pour conclure

Les polémiques autour des cas Deschamps, Sagnol et Blanc ont constitué autant d’occasions manquées d’ouvrir publiquement le débat sur le racisme des institutions sociales, économiques et politiques de ce pays. Réduire la discussion à la question de savoir si telle personne est « raciste ou non » n’est qu’une des différentes manières par lesquelles l’hégémonie blanche et le racisme structurel sont invisibilisés dans la société. Et se perpétuent.

Nous avons donc la responsabilité de multiplier les espaces pour exposer la complexité implacable du monde et nous frayer un chemin entre les discours formatés et quelque peu manichéens, qu’ils soient racistes ou antiracistes[7].

Combattre le racisme, c’est combattre sa propension à tout simplifier. Non à opposer une autre simplification en retour.

Notes

[1] La compagne de Samir Nasri avait ouvertement accusé Didier Deschamps de racisme. Ce dernier a d’ailleurs riposté en portant l’affaire devant les tribunaux.
[2] Un joueur mis en examen pour « complicité de tentative de chantage », faits qui impliquent l’un de ses coéquipiers en équipe de France et qui se seraient déroulés lors d’un rassemblement de l’équipe nationale à Clairefontaine, l’accusation est suffisamment grave pour entrainer son exclusion le temps de l’instance. C’est bien la couverture médiatique démesurée accordée à cette affaire et la focalisation raciste sur la personne de Benzema (à comparer avec le traitement dont a bébéficié à la même période Michel Platini) qui ont fait perdre de vue les faits reprochés à l’attaquant du Real.
[3] « Les définitions courantes du dictionnaire réduisent le racisme à des préjugés raciaux individuels et aux actions intentionnelles qui en résultent. Les personnes qui commettent ces actes intentionnels sont réputées mauvaises, et celles qui ne les commettent pas sont bonnes. Si nous sommes contre le racisme tout en ignorant commettre des actes racistes, nous ne pouvons pas être racistes ; le racisme et le fait d’être une bonne personne, s’excluent mutuellement. Mais cette définition contribue peu à expliquer comment les hiérarchies raciales sont systématiquement reproduites. » Robin DiAngelo, « La fragilité blanche : pourquoi est-ce si dur de parler aux Blancs de racisme ? », Etat d’Exception.net.
[4] Alors qu’il était entraineur des Girondins de Bordeaux, l’ancien international Willy Sagnol a déclaré le 03 novembre 2014 lors d’une rencontre (filmée) avec les lecteurs du quotidien Sud Ouest :
« L’avantage du joueur, je dirai typique africain : il n’est pas cher, généralement prêt au combat, on peut le qualifier de puissant sur un terrain. Mais le foot, ce n’est pas que ça, c’est aussi de la technique, de l’intelligence, de la discipline. Il faut de tout. Il faut des Nordiques aussi. C’est bien les Nordiques, ils ont une bonne mentalité. Une équipe de foot, c’est un mélange. C’est comme la vie, c’est comme la France. Sur un terrain, on a des défenseurs, des attaquants, des milieux, des grands, des rapides, des petits, des techniques. Voilà. »
[5] Lors d’une réunion officielle de la « fédé » le 8 novembre 2010, à laquelle participait aussi le sélectionneur des Espoirs, Erick Mombaerts, Laurent Blanc avait tenu ces propos : « Qu’est-ce qu’il y a actuellement comme grands, costauds, puissants ? Les blacks (…) Je crois qu’il faut recentrer, surtout pour des garçons de 13-14 ans, 12-13 ans, avoir d’autres critères, modifiés avec notre propre culture (…) Les Espagnols, ils m’ont dit : “Nous, on n’a pas de problème. Nous, des blacks, on n’en a pas”. » Voir l’article de Fabrice Arfi, Mathilde Mathieu et Michaël Hajdenberg, « Quotas dans le foot : la vérité au mot près », Mediapart, 30 avril 2011.
[6] Joyce M. Bell et Wendy Leo Moore, « Donald Sterling est « un raciste » : vous vous sentez mieux maintenant ? », 3 mai 2014, Etat d’Exception.fr.
[7] Bien qu’il contienne des développements stimulants, l’article de Malik Tahar-Chaouch sur l’affaire Benzema, paru sur le site des Indigènes de la République, est symptomatique d’une certaine tendance à plaquer de manière simplificatrice et artificielle une grille de lecture politique strictement « décoloniale » à toute cette affaire : « Quoiqu’il fasse (ou pas), quoiqu’il dise (ou pas), [Benzema] est coupable. Pas seulement coupable de complicité de chantage : coupable d’être ce qu’il est, coupable du moindre geste qu’il fait ou ne fait pas, du moindre sourire qui pourrait éclairer son visage et assombrir les regards scrutant qui y voient le signe incontestable d’un affront. « Baisse les yeux ! », semble lui crier la foule, comme aux bons vieux temps des colonies. »