Gardez vos drapeaux américains hors de mon hijab

De toutes les photos qui emplissent ces derniers jours nos réseaux sociaux, que ce soient celles de blancs avec des chapeaux rouges, de blanches avec des bonnets roses et des oreilles (à ce propos, n’oubliez pas que les blanches ont voté pour Trump plus que tout autre groupe racial), de gens portant des pancartes de Cheetos (en référence à l’un des surnoms de Trump), et assez de slogans pro-Hillary pour rendre mal à l’aise la femme musulmane racisée que je suis, il y avait une image particulièrement frappante qui a été constamment partagée et re-partagée et encensée par la « gauche ».

La femme en hijab, vêtue de drapeaux américains, illustrée dans le style de l’affiche d’Obama « hope », est déroutante à plus d’un titre.

Mais peut-être pas pour les bonnes raisons.

Comme il s’agit d’un blog de mode éclectique, disséquons cette mode du jour.

Shepard-GreaterThanFear-Flag-Hijab

Photo : « We the People » par Shepard Fairey.

N’oubliez jamais que la mode est intrinsèquement et profondément politique, que les symboles sont infiniment significatifs, et que l’on peut causer du tort à travers les deux.

Comment pouvons-nous brandir des banderoles de femmes musulmanes vêtues du drapeau américain et chanter des slogans soi-disant de solidarité, tandis qu’au même moment des drones portant le même drapeau tuaient nos frères et sœurs musulman-e-s au Yémen sans que l’on ne dise rien ?

Tandis que la marche des femmes faisait l’histoire, la nouvelle administration la répétait déjà.

Saviez-vous au moins que Trump a déjà ordonné des frappes de drones ? Bien sûr que non.

Vous n’étiez pas censé-e le savoir.

Vous êtes seulement supposé-e tenir nos visages silencieux enveloppés dans le tissu qui a étouffé nos voix.

Quoi qu’il en soit, c’est plus pacifique comme ça, n’est-ce pas ?

La prochaine fois que vous penserez à partager cette image, à la coller sur un vieux mur, à l’enregistrer comme arrière-plan de votre ordinateur ou à l’agiter au-dessus de votre tête en professant votre solidarité :

1. Sachez que ce n’est pas une femme musulmane portant un hijab qui a réalisé cette affiche. En fait, aucune femme n’a réalisé cette affiche. Elle a été créée par un homme blanc, Shepard Fairey, artiste et fondateur de la marque de vêtements OBEY, qui a créé cette image à partir d’une photographie prise par le photographe musulman-américain Ridwan Adhami. Sommes-nous incapables de mettre en avant le travail des femmes musulmanes ? Nos images ne peuvent-elles être consommées que lorsqu’elles sont blanchies [white-washed] et épurées ?

(Mise à jour du 24 janvier 2017 : J’ai aussi appris que la femme photographiée à l’origine par Ridwan il y a 10 ans ne porte pas le hijab elle-même et ne l’a porté en fait que pour les besoins de cette image, ce qui est encore plus problématique.)

2. Sachez que le hijab – en tout cas pour « moi » – représente un rejet du matérialisme, du capitalisme, des normes de beauté euro-centriques (entre autres significations) et que le draper dans un drapeau américain efface presque tout ce que le hijab signifie pour moi.

3. Sachez que le drapeau américain représente l’oppression, la torture, la violence sexuelle, l’esclavage, le patriarcat et l’hégémonie militaire et culturelle contre des populations racisées à travers le monde, dont les maisons et les familles ont été détruites et touchées par des missiles de drones envoyés par la personne même, à savoir l’ancien président, dont on reproduit l’affiche de campagne à travers cette affiche de femme en hijab.

4. Sachez que les 50 étoiles représentent 50 Etats où les populations autochtones ont été enlevées de force et systématiquement nettoyées (ethniquement) et assimilées – et que vous ne pouvez pas tenir ce drapeau dans une main et tweeter non au « Dakota access pipeline » de l’autre.

5. Sachez que le patriotisme n’est pas une forme de libération, mais est intrinsèquement oppressif. Surtout compte tenu de l’histoire violente de la naissance de ce pays – et de tous les autres comme lui – sur le dos des esclaves noirs (dont beaucoup étaient musulmans) et le génocide des populations natives. La présidence de Trump est le résultat logique des systèmes racistes et des institutions de la suprématie blanche sur lesquels ce pays a été bâti et que ce drapeau représente.

6. Sachez que les musulman-es sont fatigué-es d’avoir à « prouver » qu’elles et ils sont américain-es. Mais aussi, sachez que l’on n’a pas besoin d’être américain-e pour mériter le respect, l’humanité, la dignité, l’égalité, les droits, et la liberté plutôt que la haine et le fanatisme. Une trop grande importance accordée à l’américanité comme condition préalable à un respect méritoire est préjudiciable aux immigrant-es et aux réfugié-es. Surtout dans le cadre de la nouvelle administration qui a déjà des plans de « vérification extrême » pour prouver sont américanité. Cela revient seulement à faire avancer leur ordre du jour. Voyez également le point numéro 5.

7. Sachez que si le seul moment où vous vous sentez à l’aise de brandir le portrait d’une femme musulmane est lorsque l’affiche a été réalisée par un homme blanc et que la femme est drapée dans un drapeau américain, je ne peux pas vous appeler mon allié-e.

Je comprends que cela parte de bonnes intentions, mais ma libération ne viendra pas en entourant mon corps d’un drapeau qui a flotté chaque fois que mon peuple est tombé.

Et j’espère que la vôtre ne viendra pas de là non plus.

Notes

Source : JooJoo Azad.
Traduit de l’anglais par SB, pour Etat d’Exception.

Vous avez apprécié cet article?
Aidez-nous à mettre nos contenus en vidéo et à lancer
Etat d'Exception TV