Si un tireur musulman avait tué six chrétiens blancs, la moitié de la planète aurait un drapeau canadien en photo de profil

Dimanche soir, un présumé nationaliste blanc anti-musulman a ouvert le feu dans une mosquée au Canada et tué six personnes, en laissant au moins huit autres blessées grièvement. A elle seule, cette nouvelle est tout à fait dévastatrice – ou du moins devrait-elle l’être – mais quelque chose de vraiment méprisable se passe.

Pendant près d’une journée entière, des dizaines de milliers, peut-être des centaines de milliers de conservateurs partout sur Internet ont blâmé les musulman-es pour cette tuerie. Les mots « Allahu Akbar » étaient le sujet le plus tendance des Etats-Unis alors que les rumeurs se répandaient selon lesquelles plusieurs hommes armés musulmans criaient ceci pendant qu’ils fusillaient les fidèles dans la mosquée.

Alexandre Bissonnette - Facebook

Alexandre Bissonnette – Source : Facebook

Même en ce moment, alors que j’ai juste tapé les mots « Allahu Akbar » sur Google, les liens qui arrivaient en premier étaient des informations provenant du monde entier affirmant que plusieurs hommes armés ont été entendus criant ceci alors qu’ils tiraient et tuaient ces six personnes.

Mais les rapports initiaux n’étaient pas exacts. La fusillade n’était le fait que d’un tireur solitaire – et non deux, comme les responsables l’ont dit dans un premier temps. Le suspect n’était pas musulman. Il n’était pas du Maroc. Il n’était ni barbu, ni vêtu de vêtements musulmans. Il ne parlait pas arabe. Pourtant, 24 heures plus tard, Fox News n’a toujours pas retiré ou démenti son tweet largement partagé affirmant que c’était un Marocain musulman qui a perpétré la fusillade.

Au lieu de cela, le tireur suspecté était un fanatique blanc de 27 ans, connu de beaucoup comme un troll conservateur en ligne et un nationaliste blanc qui a exprimé son soutien à Donald Trump. Est-ce la raison pour laquelle Donald Trump n’a pas personnellement mentionné cette fusillade de masse même s’il s’agit de l’événement le plus meurtrier survenu en Amérique du Nord depuis son investiture ?

Ce dont je suis sûr, c’est que si un musulman s’était introduit dans une petite église baptiste typique pleine de blanc-hes qui chantent Amazing Grace, non seulement Trump serait totalement indigné en ce moment, mais toute la machine conservatrice se mobiliserait contre ce qu’ils appellent l’islam radical. Il semble que la blancheur radicale ne les dérange tout simplement pas.

afp-l8394

Personnes tenant un panneau pour la paix près du centre culturel islamique de Québec (ALICE CHICHE/AFP/Getty Images)

Mais vous savez, et je le sais, que si ce tireur avait été musulman, s’il avait tué des chrétiens blancs, des dizaines de millions de personnes dans le monde auraient changé leur photo de profil pour le drapeau canadien. Nous aurions droit à des histoires terribles sur les survivants et à des réflexions pleines d’émotion sur ceux qui ont perdu la vie. La couverture médiatique serait continue.

Ce n’est franchement pas ce qui se passe en ce moment même. Une vie musulmane prise par un fanatique blanc n’a pas d’importance, comme elle en aurait eu si les rôles étaient inversés. Et c’est juste énorme. C’est à la racine de ce que je pense vraiment être problématique ici : maintenant que les conservateurs, y compris Donald Trump, ont appris que le tireur était un conservateur blanc, ils ne sont pas indignés, car ce qu’il a fait ne les dérange pas.

Même quand ils ont pensé que le tireur était musulman, la montée en puissance conservatrice n’était pas exprimée comme douleur pour les victimes, mais comme un grand « on vous avait dit que l’islam radical était dangereux » lâché à la face du monde. Sinon, où est le chagrin? Où est l’attention? Où sont les collectes de fonds? Où sont les entretiens avec les familles des victimes?

Photos victimes attentat

Où est la compassion de Trump? Pourtant, nous sommes ici, avec un autre cas de fanatique blanc fâché pénétrant dans un lieu de culte et massacrant des gens à l’envi, et les gens continuent pourtant de faire comme si cette fusillade et celle commise par le nationaliste blanc Dylann Roof à Charleston, n’étaient pas liées.

dylan roof arrêtéElles sont profondément liées. Dylann Roof a été radicalisé en ligne. Cela a été prouvé. Il l’a admis ouvertement. Le suspect canadien, Alexandre Bissonnette, aurait également été connu pour son obsession en ligne du nationalisme blanc et de dirigeants comme Donald Trump, qui selon lui font avancer cette cause.

Dylann Roof et Alexandre Bissonnette n’étaient pas des loups solitaires. Ils font partie d’un dangereux mouvement nationaliste blanc qui se développe à travers le monde.

Et voici le point important : cet acte terroriste n’aurait pas été empêché par l’interdiction décidée par Donald Trump. Ni Charleston, ni Orlando, Oklahoma City, Columbine, Sandy Hook, San Bernardino ou le 11 septembre. Parce que l’interdiction de Trump n’a rien à voir avec la sécurité étatsunienne – rien du tout. L’interdiction de Trump concerne le fanatisme et qui il peut discriminer le plus pour plaire à sa base fanatique sans vraiment déranger ses intérêts commerciaux personnels.

Je pleure pour les familles des victimes de ce massacre à Québec. Et je suis également affligé de la façon ouvertement fanatique avec laquelle le gouvernement étatsunien a affiché son manque de compassion.

C’est l’Amérique de 2017.

Notes

Source : New York Daily News.
Traduit de l’anglais par SB, pour Etat d’Exception.

Pour nous suivre sur Facebook, Twitter, s’abonner à notre chaine Youtube.