Alcool, sexe et argent : tous les musulmans sont des « Dubois »… l’hypocrisie en plus
  • Films
  • Alcool, sexe et argent : tous les musulmans sont des « Dubois »… l’hypocrisie en plus

  • 7 mai 2013
  • Des grands frères jaloux et possessifs. Des « beurettes libérées », qui luttent contre la tutelle familiale. Des Maghrébins qui voient d’un mauvais œil les couples mixtes et qui revendiquent leur communautarisme. Des Blanches attirées par l’exotisme des « bougnoules ». Des Arabes obsédés par le sexe et l’alcool. Une hypocrisie musulmane constamment mise en scène et pointée du doigt… « Mohamed Dubois », un film raciste ?

    Impossible.

    Il s’agit d’une comédie, à ne pas prendre au premier degré. Y voir quoi que ce soit de raciste, c’est à coup sûr manquer d’humour. Voir le mal partout. Refuser toute critique, etc. D’ailleurs, c’est bien un truc de « militant », ça. De tout prendre au sérieux. De ne jamais baisser la garde, même devant une comédie apparemment inoffensive. Et pourtant…

    Sorti dans les salles à grands renforts de comm’ le 1er mai dernier, « Mohamed Dubois » charrie les pires clichés racistes en faisant mine de s’y attaquer. Sans surprise, le film réalisé par Ernesto Ona, avec Eric Judor et Sabrina Ouazani dans les rôles titres, s’inscrit dans la lignée de ces comédies françaises antiracistes-racistes. Bande-annonce.

    Etre Arabe : avoir une tête d’Arabe

    Le scénario tiendrait sur un timbre-poste. Fils de banquier, Arnaud Dubois, 33 ans, habite au Vésinet (banlieue chic de la région parisienne), mais a la particularité d’avoir une tête d’Arabe. Ca lui vaut d’être invité à une soirée pour l’Aïd el-fitr… en boite de nuit. A une première « Maghrébine » qu’il aborde, il décline sa véritable identité, mais sa tête d’Arabe rend peu crédible son nom. Au milieu d’autres Arabes, il dira alors s’appeler Mohamed Bouchouche. Il rencontre la sœur de Moustapha, la belle Sabrina, et se voit offrir un boulot dans le kebab de Rachid, au quartier.

    Débute alors la nouvelle vie d’Arnaud sous sa fausse identité. Malgré ses origines bourgeoises, il est accepté par les habitants du quartier avec une facilité déconcertante. Un quartier d’ailleurs totalement aseptisé, sans signes extérieurs de pauvreté, sans aucune présence policière, hormis celle de Sabrina, qui est bien entendu flic et qui patrouille dans le quartier avec sa collègue Julie, tout aussi érotisée qu’elle par la caméra.

    Il aura suffi à Arnaud d’avoir l’apparence physique d’un Arabe, d’apprendre quelques formules en dialecte et quelques vagues notions d’islam pour se fondre dans la masse immigrée du quartier. Pour être invité à travailler, à manger, à dormir, etc. En somme, pour être totalement adopté par des habitants qui n’attendaient que l’homme providentiel.

    Copyright Arnaud Borrel

    Hypocrisie musulmane

    Car ces habitants sont empêtrés dans leurs contradictions. C’est même le fil rouge du film, l’opposition binaire entre halal et haram. Deux mots que les musulmans du film ont constamment à la bouche, eux qui sont pris en permanence entre leurs envies « haram » et les valeurs désuètes, « halal », de leur tradition.

    L’alcool est omniprésent dans le film. Y a vraiment matière à enquêter pour publicité indirecte. Les bouteilles sont visibles à l’écran quasiment un plan sur deux. Et les musulmans ne se privent pas d’y gouter. Déjà dans la boite de nuit, l’alcool coule à flot pour fêter l’aïd. Normal. Même enceintes, les musulmanes du film boivent de l’alcool, c’est dire…

    Le sexe et l’argent sont les deux autres ingrédients qui pimentent le quotidien de tous ces Arabes (l’un des rares Noirs du film n’a presque jamais la parole et se contente d’être le larbin du caïd du quartier, Jalil). Les mecs parlent constamment de sexe. Dans les termes les plus crus. Le plus respectueux envers les femmes est Arnaud, qui joue sans surprise le rôle du « civilisé ». Les filles ne sont pas en reste. Comme toujours dans pareils films, ce sont des « beurettes libérées », qui multiplient les relations et parlent tout aussi crument que les hommes. Y compris devant les parents et l’imam, lorsque Sabrina déclare qu’elle « fait ce qu’elle veut de ses fesses ». Une femme dira même utiliser des « préservatifs halal ». Les apparences sont sauves.

    Le film ne se contente pas de mettre les musulman-es face à leurs contradictions, il veut aussi faire preuve de pédagogie. Celle qui s’occupe de mettre en mots ces contradictions n’est autre que le personnage joué par l’humoriste algérienne Biyouna, déjà présente dans Aïcha  et Il reste du jambon. Dans le cinéma français, elle est un peu la branche humoristique de Ni putes ni soumises. Dans Mohamed Dubois, c’est elle qui profère les pires clichés sur les Noirs (les Zaïrois), le quartier (dont elle dit qu’il est pire que l’Afghanistan), etc. Elle pointe surtout les contradictions et l’hypocrisie de tous ces musulman-es, qu’elle traite à plusieurs reprises de « mounafiqin ». Après avoir déclaré à ses hôtes, le jour de l’Aïd et devant l’imam, qu’elle ne jeûnait pas car elle voulait garder sa ligne, elle leur balancera : « Je préfère le pêché à l’hypocrisie ». Et nous, on préfère le racisme de Soral à sa copie, ‘agouna.

    Le racisme, une passion arabe

    C’est aussi l’une des grandes idées du film : le racisme des Arabes envers les Blancs. Dès qu’Arnaud/Mohamed avouera à Biyouna être amoureux d’une Arabe, elle le ramènera à la réalité en lui disant que les parents de la demoiselle ne  « veulent pas voir leur fille avec un Gaulois ». Pourtant, quand Arnaud/Mohamed fait la connaissance de Sabrina, elle est à ce moment-là en couple avec un Blanc, qu’elle cache à sa famille et surtout à ses frères. On ne sait pas en revanche si cet homme l’a dit à sa famille et comment celle-ci a réagi. On ne connaitra jamais non plus les réactions des parents d’Arnaud ou ceux de Julie, alors que leurs enfants respectifs sont en couple avec des Arabes.

    L’intolérance vient toujours des Arabes. Les parents de Sabrina répètent sans cesse vouloir que leur fille fréquente un Arabe. Ils sont choqués le jour où ils apprennent qu’elle est déjà sortie un Blanc ou que Mohamed s’appelle en réalité Arnaud. Les Arabes du film ne sont pas seulement racistes envers les Blancs. Ils le sont aussi envers les Noirs, les Rroms (qu’ils embauchent sur leur chantier), les sans-papiers (à travers la figure de Lotfi, une caricature de clando), les Asiatiques (appelés « nems »)… Bref, envers tout le monde.

    Quant aux Blancs du film, ils sont au mieux bienveillants, au pire silencieux sur le sujet. Julie, la collègue policière de Sabrina, adore les « bougnoules », surtout lorsqu’ils lui parlent en arabe pendant leurs ébats. Les seules fois où les Arabes sont confrontés au racisme des Blancs, c’est face au banquier qui leur refuse un prêt à cause du caractère « halal » du restau qu’ils veulent ouvrir, ou face aux policiers. Les Blancs ne sont racistes que dans l’exercice de leur profession, jamais dans leur vie quotidienne. Et encore. Les flics n’interpellent Arnaud/Mohamed uniquement parce qu’il est venu totalement ivre les narguer devant le commissariat. Et comme Arnaud/Mohamed a une tête d’Arabe, il est aussitôt reconduit par ces mêmes flics à l’aéroport pour être expulsé vers la Tunisie, dans des scènes comiques à la Benny Hill, totalement déplacées quand on connait la violence des expulsions. Durant le trajet en fourgon jusqu’à l’aéroport, les flics avouent toutefois avoir quelques scrupules à faire ce qu’ils font. Et dans l’avion, Arnaud/Mohamed se retrouve assis à côté de Lotfi le clando, qui lui dira avoir un plan pour « rivenir to’dsuite en France »…

    Si Mohamed Dubois peut véhiculer tous ces clichés sans déclencher une levée de boucliers, c’est bien la preuve que le racisme est bien enraciné dans cette société. C’est aussi celle de l’aliénation de beaucoup d’Arabes qui rient de la caricature d’eux-mêmes qui leur est proposée à l’écran. Mais il s’agit d’une comédie. Alors tout cela passe.

    Tant que vous êtes là...

    Pas d'abonnement payant pas de publicité. Etat d'exception entend rester libre. Cela signifie que nous comptons sur vous, nos lecteurs, pour obtenir de l'aide. Si vous aimez ce que vous lisez ici, aidez-nous à le garder gratuit pour tous en faisant un don. Aucun montant n'est trop petit. Vous nous aiderez à cultiver une sphère publique qui honore le pluralisme de la pensée pour un public diversifié et exigeant.

    Cet article a 8 commentaires

    1. As salam, 
      je crois que c'est l'un des articles les plus bidons que j'ai pu lire depuis pas mal de temps. Vous dénoncez les conséquences, l'humour des kuffars envers l'Islam (mais plus précisément envers les bougnoules car comme tu l'as dit les renois passent inaperçus dans le film) mais jamais vous dénoncez les causes de tout ça c'est grave d'être aussi… aveugles.
      Jamel Debbouze, Ramzy, Gad elmaleh et tous les guignols du comedy club et j'en passe, tous ces humoristes viennent de « chez nous » à la base, ce sont eux qui se sont fait une carrière en rigolant sur leurs propres cultures et religion, pas besoin d'aller chercher jusqu'à chez les blancs.
      Ensuite les « clichés » que tu dénonces, ça me fait vraiment rire:
      – les mecs H24 en boites de nuit, chichas et qui boivent de l'alcool (sans parler du shit): EST CE QUE C'EST FAUX ?
      – la méconnaissance de sa religion généralisée, et la réduction aux termes "hallal' et "haram": EST CE QUE C'EST FAUX ?
      – le racisme contre les blancs les noirs et les chnew qui fait que allez 50% d'entre nous auront des parents qui s'opposeront à un mariage métisse: EST CE QUE C'EST FAUX ? 
      – les beurettes ultra libérées: EST CE QUE C'EST FAUX ?

      Les 1ers à dénoncer tout ça sont les musulmans "salafis" que je connais, alors tu n'attend tout de même pas d'un kuffar qu'il ne pointe pas tes contradictions quand même ? Si ? 
      J'ajouterais que ce sont principalement les cités les facteurs de toute cette crasse, comment des musulmans dignes de ce nom peuvent rester et s'entasser dans des batiments insalubres, qui puent la pisse, sans ouvrir de commerce, en voyant leurs enfants partir en cacahuètes les uns après les autres à cause des influences de merde? 
      Tout ça pour dire qu'avant de voir la paille dans l'oeil de nos voisins, vérifions qu'il n'y a pas une poutre dans le nôtre.

    2. Leila je suis d'accord avec toi,  mais ne penses-tu pas que nous ne devrions pas laver notre linge sale en public?
      Les musulmanos-arabicos-immigrés (autant d'appelations raccourcis qui ne veulent rien dire) sont les seuls à s'auto-flageller ainsi au vu de tous, pour le bonheur de…tous.

    3. La simple idée que quelqu'un puisse avoir une "tête d'arabe" prouve déjà que ce film est raciste.. Les gens feraient mieux d'apprendre le sens du mot "arabe" avant de l'utiliser à tort et à travers.

    4. Comment attiser un "racisme" que vous dénoncez vous-même. En adoptant une position de "bloggeur" non-blanc vous participez vous aussi à une forme de racisme précaire. Car oui, vous fustigez le racisme blanc envers les populations maghrébines, mais l'inverse n'a pas l'air de vous sauter également aux yeux.
      Le commentaire de Leila, qui a l'air bien plus éclairé que d'autres montrent une bonne volonté "d'intégration", car la faute n'est pas que celle des blanches, sans pour autant minimiser le racisme envers les populations nord africaines (délit de faciès, intolérance, injustice) que je conçois tout à fait.
      Notez malgré tout une montée alarmante de parti politique tel que le Front National, qui est due fortement à l'image qui nous revient par les médias des "cités" (même si ces derniers, nous le savons ne montrent que les aspects négatifs, car ils existent bien sur des cités "paisibles").

      Il serait donc peut-être intéressant aux lieux de crier aux racismes envers les "arabes" d'ouvrir la discussion aux victimes de racisme envers les blancs. 
      A bon entendeur

    5. RIen à ajouter!! Cet article est rempli de vérités. Leila tu dis des choses très justes également mais l'aborder dans ce sens n'est d'aucune utilité selon moi….et puis au fond tu n'es pas en contradiction avec l'article tu apportes juste une certaine complémentarité (que je comprends également) mais qui n'est pas du tout en opposition avec ce qui est dit précédemment!!!

    6. J'ai été choqué totu comme toi par ce film clairement raciste dans sa démarche, sauf que tu ne semble pas avoir compris qu'il tout aussi raciste envers les arabes que les blancs… tout les blancs de ce film sont ouvertement raciste (même la blanche nympho et conne qui veux se faire "baiser par un bougnoule" qui est une forme de racisme au final), jusqu'à la mère d'Eric qui couchait avec le prof de tennis (et je ne parle pas des flics et du premier petit ami boxer qui se fait faire une féllation par un mec).

      Je suis blanc et je me suis tout aussi sentit insulté que vous en regardant ce film de m… il fait passé nos deux communautés pour des salauds et des imbeciles… à gerber..

    7. Laziza B.,
      Tout simplement, merci pour votre article.

    8. Merci pour cet article, il est on ne peut plus juste … 
      Leila a également écrit un commentaire intéressant, seukement voila : il y'a évidemment une auto-critique à faire, et les musulmans sont les premiers à le faire, c'est aussi une réalité. Mais je ne vois pas pourquoi il faudrait sans cesse se contenter de se remettre en question quand on voit que nos défauts sont exploités pour se moquer de nous et nous caricaturer. Il y'a les défauts d'un côté, certes, mais de l'autre côté, il y'a la focalisation sur ça, la caricature, la déformation, voire le mensonge … Le racisme tout simplement.
      Ce n'est parce qu'il y'a beaucoup de musulmans hypocrites (et beaucoup qui ne le sont pas) qu'on devrait se satisfaire de ne se voir représentés que par nos défauts, exagérés en plus à outrance.  Je ne comprends pas cette logique. L'islam nous enseigne qu'il faut toujours commencer par se critiquer soi-même, l'islam c'est la réforme, l'éducation … Mais ce n'est pas l'indignité.
      Or, se priver de critiquer le racisme sous prétexte, en quelque sorte, qu'il instrumentalise nos défauts, c'est de l'indignité. D'autant que le racisme ne se privera pas de nous inventer des défauts s'il n'en trouve pas à exploiter, on en a eu plusieurs fois la preuve !

    Laisser un commentaire

    .