Jamal Ghermaoui, 23 ans (Ayr), a été tué à le 3 octobre 2011 à la maison d’arrêt de Nanterre, par des surveillants pénitenciers.

Les différentes versions de l’administration carcérale, prétendant toutes au suicide, ne convainquent personne à la cité du Luth, le quartier de Jamal.

Comme souvent lorsque des crimes sont commis ou mettent en cause les forces répressives, la justice se porte garante du corps impliqué et met les meurtriers à l’abri de véritables poursuites, surtout quand les victimes sont des prisonniers, le plus souvent des hommes arabes et noirs.

Malgré l’absence de traces de strangulation et en dépit des nombreux hématomes retrouvés sur le corps de Jamal, le procureur de la République a classé sans suite une enquête totalement bâclée : celle-ci a été « menée » sans même interroger les surveillants pénitenciers, les proches de Jamal, ni aucun des nombreux témoins présents au mitard en même temps que Jamal.

En six mois, aucune enquête effective n’a été réalisée. Dans le même sens, la première autopsie ne mentionne pas les hématomes retrouvés sur le corps de Jamal, pourtant visibles à l’œil nu.

La famille Ghermaoui, le Collectif Vérité & Justice pour Jamal, et leurs soutiens, refusent ce déni de justice.

Une plainte a été déposée « contre X » par le conseil de la famille Ghermaoui, pour « coups et blessures volontaires ayant entrainé la mort sans intention de la donner », avec constitution de partie civile.

Un juge d’instruction va ainsi être désigné pour ouvrir et mener sérieusement une enquête, jusqu’ici totalement inexistante.

Prochainement, se tiendra à Gennevilliers un événement en présence de la famille Ghermaoui et de leur avocat. Le Collectif Vérité et Justice pour Jamal compte sur la participation des habitants du Luth, des gennevillois et de tous ceux qui refusent l’impunité dont bénéficient les auteurs des violences pénitentiaires.

Restons mobilisés.

Collectif Vérité & Justice pour Jamal
Contact : justicepourjamal@gmail.com