« Il ne faut pas importer le conflit israélo-palestinien en France ».

C’est ce que lancent hommes et femmes politiques, journalistes, intellectuels, responsables associatifs et « communautaires » chaque fois que des initiatives en solidarité avec la Palestine prennent de l’ampleur en France.

Cet argument, couplé avec celui de l’antisémitisme, est un outil puissant pour museler toute contestation du sionisme et de la politique coloniale israélienne. Pour étouffer toute manifestation de soutien aux Palestinien-ne-s en lutte.

Ce sont de tels arguments qui ont servi de prétexte aux interdictions des manifestations à Paris et Sarcelles à l’été 2014 et qui ont été utilisés par certains juges et avocats lors des procès consécutifs à cette répression.


Ce sont enfin de tels arguments qui sont utilisés actuellement contre notamment Saadia et Husein à Montpellier, Abdel à Avignon, pour réprimer les militants pro-palestiniens et jeter l’opprobre sur la campagne BDS et les actions de boycott des produits israéliens.

Alors que signifie au fond cette idée d’ « importation » ? Par qui cet argument est-il systématiquement brandi ? Contre qui est-il tout aussi systématiquement utilisé ? Et dans quel but ?

Peut-on parler d’ « importation » à propos d’un conflit colonial et d’une idéologie – le sionisme – qui sont de purs produits de l’histoire européenne ?

Peut-on parler d’ « importation » du conflit par les pro-palestiniens, alors même que la loi du retour israélienne fait de tout juif dans le monde un potentiel citoyen israélien ?

Sur toutes ces questions, ainsi que sur d’autres, nous vous invitons à venir réfléchir et débattre avec nous dans les quartiers Nord de Marseille. Rendez-vous le

Dimanche 1er novembre 2015 à partir de 14h
Salle le Magallon – 4 bd du Magallon 13015 Marseille
Métro Bougainville – Entrée libre

Affiche 1er nov

Notes

Cet événement organisé par la Campagne ALI, en partenariat avec l’Association des Etudiants Musulmans d’Aix-en-Provence (AEMA) et Etat d’Exception.
Photo de couverture : Keffieh de Y. Taha Design – 2015.