Abdelmalek Sayad : « Exister, c’est exister politiquement »

Comment exister dans un ordre sociopolitique qui s’appelle la nation – même de cette existence mineure, accidentelle, inessentielle, toute chétive, étriquée, mutilée qu’on accorde aux immigrés – sans exister politiquement ? sans avoir une identité civile, de jure ? Il faut la complicité du politique et de la politesse pour opérer pareille exclusion : du politique, parce qu’il assure le monopole du politique exclusivement aux nationaux (surtout en France, où citoyenneté et nationalité sont une seule et même chose, l’une étant indissociable de l’autre); de la politesse ou de la neutralité politique, qui est aussi une neutralité éthique, parce qu’elle interdit à qui n’est pas du lieu (i.e. le non-national) d’intervenir dans la vie politique propre aux maîtres de céans, toute intervention en la matière ne pouvant apparaître que comme désordre, perturbation, voire subversion. C’est la même cécité au politique qui fait qu’un phénomène aussi fondamentalement politique que l’immigration – émigration de citoyens d’un côté et immigration de citoyens ou de futurs citoyens de l’autre – n’est jamais perçu et pensé comme tel, tout au moins au moment où il s’accomplit. On se refuse même, de part et d’autre, à l’envisager sous ce rapport, prenant de la sorte le parti d’être toujours en retard par rapport à la réalité du phénomène.

L’exclusion politique, fondement de l’ordre politique ?

À considérer toutes les formes d’exclusion dont l’ordre politique s’est accompagné, on est en droit de se demander si pareille exclusion ne constitue pas un des fondements mêmes de cet ordre. L’exclusion sur la base de la nationalité n’est-elle pas nécessaire pour l’existence de la nationalité et, plus largement, l’exclusion politique d’un groupe social inclus dans la vie politique n’est-elle pas nécessaire pour l’existence du politique ? Athènes et Sparte, dont on a fait des modèles de référence, avaient chacune leurs hommes libres et, par opposition à ceux-là, l’une ses esclaves (esclaves-marchandises) et l’autre ses groupes d’hilotes (esclaves-conquis). Les républiques médiévales, comme les cités-États médiévales ou les « thalassocraties » de toute l’Italie, avaient aussi leurs citoyens, définis par les arts auxquels ils appartenaient, la souveraineté s’exerçant à travers ces arts, et leurs non-citoyens (les campagnards, les contadini). Nos démocraties modernes, dans leurs formes vraies et a fortiori dans leurs perversions (colonialisme, apartheid et tous régimes négationnistes, fascisme, nazisme et autres totalitarismes), n’échappent pas à la logique qui fonde l’exclusion et la sujétion. L’immigré, le non-national de la nation dont il est membre de fait (mais de fait seulement, et non de droit), semble être la variante moderne, c’est-à-dire atténuée, de ce que furent, en d’autres temps et d’autres lieux, les assujettis aliénés de toutes les espèces.

Le citoyen athénien ou romain, le pair de la cité de Sparte et le citadin de la Florence ou de la Venise médiévales, le citoyen du Reich hitlérien, l’homme « blanc » dans le régime d’apartheid, le citoyen du « premier collège » dans le système colonial, le national-citoyen de l’État-nation ont en commun d’être définis comme des hommes « libres » pour lesquels la seule activité qui vaille est la politique, dont ils ont le monopole. Par opposition, l’esclave, le métèque, l’hilote, le « barbare », le « paysan » (le contadino), ainsi que tous les nationaux ou citoyens de seconde zone ou de seconde classe, et enfin l’immigré ont en commun d’être exclus du politique en raison de leur appartenance, de naissance, à quelque condition ou à quelque univers qui les voue à constituer une classe particulière : appartenance à la « mauvaise race » (les nationaux du Reich hitlérien privés de droits politiques), à la « mauvaise couleur » (les Noirs), à la « mauvaise caste » (les colonisés, par exemple), au « mauvais ordre économique et culturel » (l’immigré). C’est aussi le cas pour le déporté et, dans une mesure à peine moindre, pour la femme. Le rapprochement entre toutes ces formes historiques, donc inégales, de sujétion et d’exclusion plus ou moins totales du politique ne manque pas d’éclairer utilement la situation typique des immigrés sous leurs rapports au politique ou dans leurs rapports à l’État. Faire partie ou ne pas faire partie de la Cité, tel est aujourd’hui encore l’enjeu pour l’immigration.

La défense des immigrés, l’amélioration de leur condition, leur promotion sur tous les plans ne peuvent plus être assurées aujourd’hui que si elles se situent délibérément et ouvertement dans le champ politique, que si les immigrés eux-mêmes et, surtout, leurs enfants s’y engagent directement et engagent leur action dans la sphère politique. Cette conviction se nourrit, pour une bonne part, des transformations qui se produisent dans la morphologie de la population immigrée, avec la généralisation de l’immigration familiale qui fait de l’ancienne immigration, réputée de travail, une immigration de peuplement. Les conséquences de cette évolution sont la montée de la nouvelle génération, constituée d’enfants de l’immigration, et l’arrivée sur le marché d’un nouveau type d’immigrés en raison des transformations internes aux sociétés d’émigration. Du fait de ces transformations, la population immigrée cherche à imposer une définition nouvelle de son statut. De partout et en toutes circonstances se profilent des tentatives en vue de casser le carcan dans lequel on enfermait les immigrés, conformément à la représentation que l’on avait d’eux et que l’on se faisait du phénomène de l’immigration. Cette conviction, il fallait la faire partager par les intéressés eux-mêmes et, plus particulièrement, par leurs enfants ; il fallait la retraduire en termes de lutte, en faire une arme de combat.

Un combat d’avant-garde

À quoi sert la revendication de la citoyenneté quand on n’a pas la nationalité, voire quand on ne veut pas de cette nationalité ? – cela, dans le cas des anciennes générations d’immigrés. Ou alors, à quoi sert d’avoir une nationalité vide de tout contenu réel, attribut abstrait, purement juridique ? Est-ce que cela change quelque chose à ma condition ? Voilà ce que disent et ce que se disent les jeunes de l’immigration.

Sans que rien ne vienne lever ces objections, les choses sont allées extrêmement vite. Les idées et les attitudes sous ce rapport se transforment rapidement, plus rapidement dans la conscience et le système des comportements des populations immigrées que dans l’opinion française, qui, globalement, reste fortement et anachroniquement attachée à la représentation qu’elle a de son ordre social, économique, moral, culturel, bref, politique. L’indissociabilité de la citoyenneté et de la nationalité est une chose naturelle, une chose-allant-de-soi au point de ne pouvoir envisager, encore moins penser, le contraire. Il est vrai qu’en cela il n’est rien qui vienne l’aider à opérer ce qui, pour son entendement politique, est une révolution. Bien au contraire, tout le discours politique que lui tient le haut monde politique ne fait que conforter les certitudes de l’opinion française et la confirmer dans la justesse de ses croyances en la légitimité et en la nécessité de l’ordre politique actuel, le seul possible. Le seul fait d’envisager le contraire est une hérésie et ne peut être que le travail d’hérétiques, c’est-à-dire d’esprits subversifs ou d’agents de la subversion qui attentent sciemment à l’ordre national. Et proclamer le contraire est nécessairement le fait d’hérésiarques de toutes natures, les uns appartenant à l’ordre national – qu’ils minent de l’intérieur –, les autres assiégeant ce même ordre, dont ils veulent l’écroulement de l’extérieur !

Reconnaissons seulement qu’il est plus facile à la partie qui est en position dominée, en position préjudiciable, de faire l’effort d’invention pour concevoir et pré-voir (ou, prédire) quelque ordre nouveau qu’à la partie dominante, qui a tout à gagner, effectivement et fictivement, au statu quo. Aujourd’hui, la revendication des « droits civiques », la revendication de l’engagement politique au sens plein du terme et, par suite, du déplacement sur le terrain proprement politique des luttes qui, traditionnellement, étaient confinées dans le seul espace concédé aux immigrés, à savoir les luttes directement liées au travail et menées sous la bannière du travail, est reprise un peu partout. De partout nous viennent les illustrations de ce nouveau combat.

L’irruption de la jeunesse sur la scène politique

L’expression « droits civiques » non seulement n’effraie plus les immigrés mais, plus que cela, s’inscrit désormais dans leur langage, dans leurs comportements. Elle est un thème de ralliement ; elle est, à elle seule, tout un programme, un mot d’ordre inscrit sur les pancartes, un emblème derrière lequel on se regroupe. L’irruption sur la scène publique, donc sur la scène politique, de la jeunesse de l’immigration, la maturité politique dont elle apporte ainsi, précocement, l’éclatante manifestation, le grand sens civique dont elle sait faire preuve constitueront, à n’en pas douter, le fait essentiel de cette décennie, l’avant-dernière du siècle.

Cela marque une rupture. Si, à une jeunesse interdite de parole, interdite de toute participation à la vie civile la plus élémentaire – celle de la rue, celle du quartier, celle de l’école ou de l’atelier –, il ne restait, dans un premier temps, que la violence la plus violente pour répliquer à la violence légale qui l’exclut de la vie de la Cité, s’il ne lui restait paradoxalement que la violence pour pouvoir exister civilement, cette même jeunesse ne cesse, depuis quelques années, d’apporter la preuve de ce dont elle est capable. Elle sait, elle veut, elle peut sortir du ghetto de la violence cyclique – violence et contre-violence – dans lequel on l’a inconsidérément et stupidement placée, dans lequel on l’a fait naître, on l’a fait grandir, on l’a scolarisée au rabais, c’est-à-dire analphabétisée ; dans lequel on l’a formée ou, mieux, « déformée », en lui ôtant tout espoir et toute raison de croire à la formation. Sans aucun doute, c’est là, au fond, la véritable signification politique des multiples manifestations auxquelles nous assistons, les unes trop « solennellement » spectaculaires, les autres plus discrètes mais combien plus efficientes. Il y a là motif à un grand espoir. Et si, d’aventure, quelque esprit malin, quelque apprenti sorcier s’avisait de vouloir berner cette toute jeune et toute récente espérance, la détourner de la juste voie qui est la sienne, de vouloir trop la séduire pour mieux l’abuser et en abuser, gageons qu’il lui en coûtera fort cher.

À ce vaste mouvement qui se déclenche au sein de la jeunesse de l’immigration (que ces jeunes aient ou non la nationalité française) et qui frappe par son dynamisme, son extrême disponibilité, sa spontanéité, sa générosité et son dévouement, la sincérité de ses convictions, son idéalisme (parfois teinté d’un certain angélisme), quel langage tenir ? Quelle réponse donner à l’angoisse et à l’espérance de tous ces jeunes qui demandent à être rassurés, rassurés sur eux-mêmes et sur le sens de leurs initiatives ? Est-ce folie ? Est-ce simplement un jeu, mais un jeu terriblement cruel s’il ne devait être suivi d’aucun effet ? Est-ce un cérémonial d’expiation ? Le résultat final dépendra de la manière dont tout ce discours en actes que sont toutes les manifestations publiques sera entendu par l’opinion et, plus spécialement, par la classe politique.

L’immigration ou les paradoxes de l’altérité. Tome I

Editions Raisons d’agir
Parution : 1 janvier 2006
224 pages

12 €