-kvI1McyLPI
Ce 22 octobre marque la dix-huitième « Journée nationale de protestation pour stopper les brutalités policières, la répression, et la criminalisation de toute une génération ». Depuis 1996, la Journée nationale de protestation du 22 octobre a permis de réunir ensemble celles et ceux menacé-e-s par la violence policière et celles ceux qui ne l’étaient pas, à travers une voix puissante pour exposer l’épidémie de brutalités policières.

Cette année a vu une nette escalade sur un éventail complet d’attaques sur les personnes. A Bakersfield, en Californie, David Silva (33 ans) a été menotté aux pieds et aux mains et sauvagement battu à mort par des officiers de police, qui l’avaient trouvé évanoui dans la rue. Le meurtre vicieux de Melissa Williams (30 ans), et de Timothy Russell (40 ans), abattu d’une pluie de 137 balles par la police de Cleveland, a été décrit comme un lynchage moderne. Pour l’instant, les treize officiers sont encore en poste.

Dans une résidence pour personnes âgées à Chicago, John Wrana (95 ans) a été tué par la police après avoir été tasé et frappé. Des témoins affirment que des policiers de Miami Beach se sont tapés dans la main après avoir tasé à mort l’artiste graffeur de 18 ans, Israël Hernandez-Llach . La police à travers le pays continue de tuer des jeunes hommes noirs en toute impunité, comme Cary Ball Jr (25 ans), tué par une pluie de 25 balles par des policiers de St Louis, et Kimani Grey, touché à sept reprises par les balles de la NYPD, dont trois fois dans le dos.

À Dallas, au Texas, la dernière fois qu’un flic tueur a été inculpé, c’était en 1973. La police de Dallas a tué 250 fois depuis, dont 68 hommes noirs depuis 2001. Maintes et maintes fois, nous entendons les justifications pour les brutalités et meurtres policiers. La raison que la police de Miami-Dade a donnée pour étrangler Tremaine McMillian (14 ans) – qui aurait lancé des « regards déshumanisants » – montre à quel point l’application de la loi prévoit l’impunité.

La liste s’allonge encore et encore. Le Malcolm X Grassroots Movement a publié un rapport qui montre que toutes les 28 heures, une personne noire est tuée par la police…

Pourtant, même à travers certaines des attaques les plus répressives que le gouvernement a faites, il y a des signes d’espoir dans les éruptions dans tout le pays de personnes et communautés indignées, qui n’hésitent pas à riposter.

Nous avons une lourde responsabilité à nous investir dans la « Journée nationale de protestation pour stopper les brutalités policières, la répression, et la criminalisation de toute une génération », pour alimenter ces étincelles de résistance au sein d’un mouvement qui peut non seulement arrêter, mais aussi inverser ces attaques croissantes. 

Pour plus d’informations sur la « Journée du 22 octobre » : http://www.october22.org/ 

Voici un exemple de cette résistance, à laquelle participe le rappeur de Pittsburgh, Jasiri X. 

Source : Davey D’s Hip-Hop Corner.
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par SB pour Etat d’Exception.