Notre hommage à Yuri Kochiyama

Le 1er juin 2014, Yuri Kochiyama, une autre combattante de la liberté nous a quitté-e-s [Ndt : l’auteur fait ici référence à Maya Angelou, décédée le 28 mai 2014]. J’espère que les gens prendront le temps d’apprendre qu’elle était plus que « la simple petite femme asiatique » qui a tenu dans ses bras Malcolm X quand il a été assassiné ce jour terrible de février 1965, à l’Audubon Ballroom.

Malcolm X Yuri KochiyamaPour les partant-e-s, nous devrions connaître son travail politique à Harlem sur l’intégration scolaire et l’Ecole de la liberté, qu’elle et son mari Bill ont aidé à mettre en place avec le Comité des Parents de Harlem. Nous devrions savoir comment elle et Malcolm X ont fini par devenir des ami-e-s proches, et qu’elle a rejoint son Organisation pour l’Unité Afro-Américaine. Elle n’était pas seulement une dame qui se trouvait être là, dans le public. Elle était pleinement dévouée à la cause.

Nous devrions connaître le travail politique de Yuri, avant et après la mort de Malcolm, qui va de son combat pour obtenir des réparations pour les Japonais-e-s-Américain-e-s, de la lutte pour l’indépendance portoricaine, du combat pour mettre fin aux armes nucléaires, et bien sûr de la lutte pour libérer et obtenir des droits pour les prisonniers politiques.

Le sort des prisonniers politiques la touchait directement et lui était cher car Yuri, de même que sa famille et beaucoup d’autres Japonais-e-s-Américain-e-s, étaient des prisonniers politiques après leur arrestation et envoi dans des camps d’internement. Son père était l’un des premiers à y être envoyé, et en est mort. Le camp où Yuri a été envoyée était Camp Jerome dans l’Arkansas.

Yuri_Kochiyama_Free_Mumia_01Pour beaucoup, Yuri Kochiyama était une figure majeure qui a radicalisé la pensée et les perspectives politiques de la population. Elle était une femme inspirante, qui a influencé beaucoup de monde, en particulier de nombreux militants Hip Hop asiatiques, qui l’ont vue comme une figure apaisante. On la voyait à tous les rassemblements et manifestations importants, elle y était accessible et en a dirigé beaucoup.

Si jamais vous avez eu l’occasion de la rencontrer et de discuter avec elle, vous pouviez voir qu’elle dégage plus de sagesse sur les droits civiques et la justice sociale que la plupart de celles et ceux qui sont monté-e-s sur des podiums, en exigeant des frais importants.

Yuri était intransigeante et inébranlable dans son combat pour mettre fin à l’oppression. Honorez-la en apprenant davantage sur son travail et en continuant de bâtir les fondations qu’elle a laissées.

Elle nous manquera.

RIP Yuri Kochiyama.

YuriKochiyamaPoster

Notes

Source : Davey D’s Hip-Hop Corner.
Traduit de l’anglais (Etats-Unis) par SB pour Etat d’Exception.