Détenu à la maison d’arrêt de Nanterre, Jamal Ghermaoui est mort à l’hôpital dans la nuit du 8 au 9 octobre 2011. Il était en mort cérébrale depuis une semaine. Il venait de fêter ses 23 ans.

L’administration pénitentiaire est catégorique : selon elle, « Jamal s’est suicidé au mitard avec un kit anti-suicide ».

Cette version ne satisfait ni la famille, ni les proches de Jamal, Allah y Rahmo.

Jamal attendait son jugement en appel, qui devait avoir lieu le 11 octobre. Il n’avait aucune raison de se suicider.

L’autopsie et la contre-autopsie révèlent que son cou ne portait aucune marque de strangulation. Son corps est marqué par plusieurs séries d’hématomes (aux chevilles, aux poignets, aux côtes, ainsi que sur le front).

Les parloirs de la famille ont été suspendus sans aucune explication. La famille ignorait même que Jamal était dans le coma, menotté sur son lit d’hôpital. Il est resté 3 jours dans ces conditions.

Immédiatement, la famille et les proches, qui veulent connaitre la vérité sur la mort de Jamal, ont saisi la justice et organisé un rassemblement devant la prison de Nanterre, puis une marche du Luth à la Mairie de Gennevilliers.

Les jeunes du quartier de Jamal ont montré leur détermination et exprimé leur solidarité avec la famille de façon exemplaire, sans céder à « la tentation de l’émeute », malgré les insultes et provocations de la police dans le quartier.

Pour mettre fin à la banalisation de la mort des nôtres en prison, nous devons nous organiser. La mobilisation permettra d’obtenir des réponses de la justice plus rapidement.

Jamal était un jeune homme avec des projets et des espoirs. Et pourtant des hommes se sont permis de l’exécuter lâchement.

Cette mort nous rappelle que nous devons partager nos expériences.

Ainsi, nous, habitants des quartiers populaires, devons crier d’une même voix notre colère et notre refus d’être considérés comme des sous-hommes.

Aujourd’hui nous devons soutenir la famille en réclamant à la justice de nous fournir toutes les pièces de la contre-autopsie.

Demain nous devrons être là pour chacune des étapes de la procédure pour ne pas bafouer la famille ni la mémoire de Jamal.
Le Collectif Vérité et Justice pour Jamal vous invite a une réunion – conférence de presse en présence de l’avocat.

RDV le 8 février 2012 à 17h30 au métro Asnières-Gennevilliers Les Courtilles (Ligne 13)

Collectif Vérité & Justice pour Jamal
Contact : justicepourjamal@gmail.com